Les Bakoko – comment Dieu exauce les prières de Suisse

Les peuples voisins avaient l’habitude de consulter les Bakoko pour leur demander des pouvoirs magiques, car ces pratiquants de l’animisme avaient parmi eux des sorciers particulièrement puissants. Rien d’étonnant que la plupart des Bakoko ne veuillent pas entendre parler de l’Évangile!

Et c’est pourtant précisément ce peuple de la région du littoral camerounais que Dieu a mis à cœur à un jeune étudiant camerounais en linguistique: Michel a décidé de faire sa thèse de doctorat sur cette langue. Ses recherches ont mis en place les bases d’un travail linguistique qui a permis d’envisager un projet de traduction de la Bible. De son côté, Wycliffe-Suisse a intégré les Bakoko dans l’Initiative de prière pour les peuples sans Bible. Quelque temps après, une petite communauté de Küsnacht a signalé qu’elle voulait prier pour ce peuple.

Il y avait une raison à cela: deux jeunes Camerounais faisaient partie de cette Église et ils connaissaient bien la réputation des Bakoko. On a même découvert que l’un d’eux, Marcel, était un ami d’enfance de Michel. Ils s’étaient perdus de vue par la suite, mais maintenant, quelle surprise et quelle source de motivation!

Il a fallu beaucoup d’endurance. Mais Dieu donnait aussi de petites encouragements cours de route. Un nouvel élan a été donné par un voyage de Marcel chez Michel durant lequel il a fait la connaissance de Matthieu, le chef de projet qui s’était établi dans un village bakoko. Ce fut une grande joie pour Matthieu d’apprendre que l’Église de Küsnacht priait pour lui. Il avait besoin de soutien spirituel, car les gens du lieu ne lui faisaient pas confiance et il se sentait menacé par leur sorcellerie.

Onze années durant l’Église a persévéré dans la prière, avant que la traduction de la Bible ne puisse commencer. Puis, en l’espace de seulement quatre ans, 60% du NT a été traduit! Si tout fonctionne comme prévu, le travail sera terminé en 2020. N’est-il pas étonnant de voir comment Dieu a tout conduit, pour que sa Parole puisse transformer même un peuple comme les Bakoko au départ hostile à l’Évangile!

Photo: Küsnacht (Roland zh, wikimedia)