Des vies changées par la traduction de la Bible

Le Nouveau Testament dans la langue seimat des îles Ninigo, en Papouasie-Nouvelle-Guinée, a paru en 2013 (voir Traduire-4-2013). Depuis, l’équipe seimat travaille à la traduction de l’Ancien Testament. Elle oeuvre également à ce que les Seimat, quel que soit leur âge, apprennent à lire et écrire leur langue et encourage la production et l’usage de chants bibliques, composés par les Seimat eux-mêmes. L’œuvre est soutenue par de fidèles intercesseurs à l’étranger. Voici les fruits :

Chaque matin, avant de commencer la traduction de l’Ancien Testament, nous lisons à tour de rôle un passage du Nouveau Testament. Depuis sa parution en mai 2013,  la Parole de Dieu a un impact grandissant chez ce peuple.  Plusieurs la comprennent davantage et développent  une relation personnelle avec Jésus. Ils ont un désir profond de voir leur communauté et leurs familles transformées. Cela les conduit à une prière mature et à une confiance toujours plus profonde en l’amour et la puissance de Dieu.

Ceux que je côtoie en particulier, les traducteurs John et Michael, s’épanouissent comment jamais auparavant. Ils voient clairement ce qui cause les  problèmes, ils recherchent une solution adaptée au contexte spécifique de la vie sur les îles Ninigo. C’est bien différent de la vie chez nous et pourtant si proche puisque la nature humaine est la même partout. John et Michael grandissent dans la foi et doivent faire face à des choix difficiles.  Pour eux, le plus important est de se centrer sur Christ et son œuvre au lieu de compter sur les efforts humains, l’ambition, ou les priorités et attentes des uns et des autres. Alors qu’ils s’efforcent de partager cette découverte, ils rencontrent la même opposition que Jésus a connu dans sa propre famille. Mais à ceux qui ouvrent leur cœur et leur intelligence, la Parole Dieu en seimat révèle la grâce.

Dire qu’il n’y avait même pas d’alphabet en 2003 ! Merci Seigneur de nous avoir aidés à traverser l’opposition et les découragements pour nous amener à voir aujourd’hui les Seimat écouter Dieu dans la langue de leur cœur et entrer dans cette communication intime avec Lui.

(source: Beata Wozna)