Que fait-on de la lecture et de l’écriture?

Dans ces leçons, on omettra d’enseigner la lecture et l’écriture. Cela diffère de l’enseignement traditionnel des langues étrangères, dans lequel l’orthographe est enseignée dès la première leçon.

Il y a plusieurs raisons à cela:

  • Comprendre -> parler -> lire -> écrire.
    Les sons et les structures du français sont souvent très différents de ceux et celles de la langue maternelle des migrants. À cela s’ajoutent les différentes façons de faire et de vivre dans leur pays et dans le nôtre. Tout cela demande d’apprendre plusieurs choses à la fois. Mais comme chaque animateur le sait bien, exiger un effort sur plusieurs plans en même temps produit rapidement le découragement et l’absentéisme. Quand vous avez appris à parler votre langue maternelle, l’avez-vous fait avec un livre, un cahier et un crayon? —Bien sûr que non! Pour ces raisons d’ordre pédagogique, dans la phase initiale, l’accent est mis sur la compréhension. Les apprenants doivent pouvoir se concentrer pleinement sur l’écoute, la compréhension et la réaction. Le papier et le stylo détournent l’attention. Pour ces raisons, nous n’utilisons pas d’exercices d’écriture, de feuilles de travail et autres.
  • Si l’écriture jouait un rôle important dans la classe dès le début, les personnes défavorisées sur le plan éducatif n’auraient aucune chance de pouvoir suivre ce qui se passe. Cependant, ils sont tout aussi capables d’apprendre à communiquer dans une langue étrangère que ceux qui savent lire et écrire.
  • Si les leçons sont basées sur l’écrit, l’enseignement des compétences en communication orale est généralement laissé de côté.
  • Les cours de français officiels mettent généralement l’accent sur l’écrit. Avec nos leçons, nous créons ainsi un contrepoids.

Si les migrants veulent vivre ici longtemps, ils devront bien sûr, à un moment donné, s’habituer à notre écriture et à notre orthographe, c’est évident. Lorsque les animateurs en arrivent au point où ils doivent ou veulent aider les apprenants pour la lecture et l’écriture, il y a quelques éléments à prendre en compte:

Il est important de réaliser qu’il y a trois groupes de personnes pour l’apprentissage de la lecture et de l’écriture:

  1. les analphabètes qui ne savent ni lire ni écrire dans leur langue maternelle,
  2. les personnes qui savent lire et écrire dans leur langue, mais ne connaissent pas notre alphabet latin,
  3. les personnes qui connaissent déjà notre alphabet et doivent «seulement» apprendre nos règles d’orthographe. Souvent, ce dernier groupe connaît l’alphabet latin avec la prononciation anglaise et il leur faut apprendre la prononciation française.

Apprendre à lire et à écrire à un adulte analphabète du type a) n’est pas facile. Cette tâche ne devrait donc pas être entreprise par des gens non formés. En tout état de cause, les personnes, qui ne savent pas lire, doivent d’abord acquérir des compétences de base en langue orale avant d’apprendre à lire et à écrire. Si la lecture et l’écriture sont introduites dans une langue dont les apprenants ne comprennent encore (presque) rien, les caractères n’ont aucun sens et l’apprentissage est massivement entravé.

Nous voudrions également souligner ici que les personnes des groupes 1) et 2) ont des besoins très différents et ne devraient pas être ensemble dans une même classe.

Pour enseigner l’écriture latine aux arabophones, par exemple, vous pouvez trouver du matériel d’enseignement en ligne (voir les liens ci-après) ou dans des livres.

Aujourd’hui, il y a aussi des apprenants qui, durant la phase initiale, veulent absolument emporter chez eux quelque chose d’écrit. Si cela ne peut vraiment pas être remis à plus tard, les animateurs peuvent préparer des listes de mots (ou des feuilles d’images avec les mots imprimés au dos) comportant les mots appris ce jour-là, et les remettre aux apprenants à la fin de la leçon. De cette façon, pendant la leçon, les apprenants se concentrent sur les exercices oraux, mais ils auront quelque chose d’écrit en plus des enregistrements audio. Toutefois, ces listes de mots ne doivent être proposées que si un groupe d’apprenants en fait la demande. En aucun cas il ne faut faire pression sur ceux qui ne savent pas lire. Toutefois, si des listes de mots sont distribuées, personne dans le groupe ne doit être exclu car ceux qui ne savent pas lire pourraient se sentir inférieurs aux autres. Il devrait toujours être clair pour tout le monde que l’écrit n’est pas plus important ou meilleur que l’oral.

 

Exemples d’écriture liée en suisse romande:

http://ekladata.com/WNlE-JRxFcs0eV28ktmHNSl0D7M/0_FICHIER_ECRITURE_3P_MINUSCULES_avec_maitresseecline.pdf

res.friportail.ch/ecriture/fr/

ekladata.com/1TUsvbWC_HeAJO23FSwCo6EqKUc/trace-lettres-pour-parents-2-.pdf

https://www.eslkidstuff.com/DNealianScript.htm

Application pour les téléphones mobiles:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.lescapadou.cursivefree&hl=fr

Exemple d’écriture script:

https://methodolodys.ch/wp-content/uploads/2018/06/position-lettres-scriptEW_MJ.pdf

Application pour les téléphones mobiles:

https://play.google.com/store/apps/details?id=com.lescapadou.tracingfree